Les anciens entraîneurs du FCSM



De la création du club à nos jours, le FCSM a toujours mis à la tête de son équipe première des hommes passionnés et de grande qualité. La majorité d'entre-eux sont également d'anciens joueurs sochaliens.

Maurice Bailly
9 rencontres en Ligue 1 en 1933/1934
8 rencontres en Ligue 1 en 1945/1946

Joueur amateur de l'AS Montbéliard, il rejoint le FC Sochaux à sa création en 1928. D'abord comme entraîneur-joueur pendant une saison, puis comme entraîneur de la réserve. Il assure deux intérims à la tête de l'équipe professionnelle.
 
 
Victor Gibson
35 rencontres en Ligue 1 de 1932 à 1934


L'Écossais a derrière lui une longue carrière en France (notamment à Sète et à Marseille) comme joueur puis entraîneur quand il est embauché par Jean-Pierre Peugeot pour diriger son équipe de "vedettes". Gibson a pour mission de proposer du beau jeu, mais n'en sera pas moins limogé pour manque de résultats en 1934.

 
 
Conrad Ross
30 rencontres en Ligue 1 en 1934/1935
105 rencontres en Ligue 1 de 1936 à 1939

Cet Uruguayen, arrivé de Suisse comme entraîneur-joueur en 1934, obtient immédiatement des résultats avec le FCSM. En six saisons (avec un intermède au CA Paris en début de saison 1935/1936), il offre au club trois titres majeurs en plus de la réputation de meilleur jeu de France. Il quitte le club pour l'Uruguay en 1939.
 
 
André Abbeglen
15 rencontres en Ligue 1 en 1935/1936

L'International suisse, dôté d'une grande intelligence et d'un sens du jeu remarquable, assure quelques mois l'intérim de Ross, parti entraîner le CA Paris, alors qu'il n'a que 26 ans.
 
 
Étienne Mattler
26 rencontres en Ligue 1 en 1945/1946

L'un des joueurs majeurs du football français d'avant-guerre joua également un rôle pendant la guerre et à la reprise en 1945. Étienne Mattler ne connu pas la même réussite comme entraîneur qu'en temps que joueur.
 
 
Paul Wartel
42 rencontres en Ligue 2 en 1946/1947
164 rencontres en Ligue 1 de 1947 à 1952
26 rencontres en Ligue 2 en 1959/1960

Arrivé comme joueur en 1929, il est devenu après une grave blessure l'entraîneur de la réserve et adjoint de Conrad Ross. Quand celui-ci part avec les prémices de la seconde guerre mondiale, Paul Wartel prend en main l'équipe première. Avant, pendant et après la guerre jusqu'en 1952 (après une saison à l'OM). Resté au club à divers postes, il redevient entraîneur quelques mois en 1960.
 
 
Gaby Dormois
260 rencontres en Ligue 1 de 1952 à 1959

Ce grand serviteur du sport montbéliardais était un ancien joueur amateur. Dormois accepte le poste avec mission de sauver le club de la relégation en 1952. Il restera sept saisons à la tête des Jaune et Bleu, obtenant régulièrement des places d'honneur ainsi qu'un finale de Coupe de France.
 
 
Louis Dupal
36 rencontres en Ligue 2 en 1960/1961
26 rencontres en Ligue 1 en 1961/1962

Ce Tchécoslovaque est arrivé en 1947 comme joueur pour faire remonter le club parmi l'élite. Il revient comme entraîneur en 1960 avec la même mission. Malheureusement, cet homme expérimenté et intègre fut incapable d'assurer le maintien la saison suivante.
 
 
Roger Hug
12 rencontres en Ligue 1 en 1961/1962
70 rencontres en Ligue 2 de 1962/1964
89 rencontres en Ligue 1 de 1964 à 1966

Aussi discret qu'il est fidèle à un club dont il fut joueur dès 1930, remportant la Coupe de France en 1937 en qualité de titulaire. Entraîneur de la réserve pendant de longues années, il prend ensuite en main les pros pendant cinq saisons.
 
 
Georges Vuillaume
21 rencontres en Ligue 1 en 1966/1967

Il eu toutes les fonctions au sein du club, de secrétaire général à masseur en passant par professeur de Judo et joueur amateur. En 1967, il assure un intérim de quelques mois et amène le club en finale de la Coupe de France.
 
 
Dobroslav Krstic
72 rencontres en Ligue 1 de 1967 à 1969

Après une belle carrière sochalienne, ce milieu de terrain yougoslave revint comme entraîneur. Animé d'une volonté de jeu ouvert et d'une conception moderne de l'entraînement et de la gestion humaine, il réussit la première saison (3e en 1968) avant d'échouer à confirmer l'année suivante.
 
 
Paul Barret
285 rencontres en Ligue 1 de 1969 à1977
10 rencontres en Ligue 1 en 1987

Comme beaucoup, cet ancien joueur du club s'est aguerri avec la réserve avant de prendre en main les pros. Réputé dur, mais juste avec ses joueurs, il entraîna pendant cinq saisons et fut victime de l'échec sochalien lors de la première campagne européenne. En 1986, il assurera un intérim pour tenter de maintenir le club parmi l'élite.
 
 
Jean Fauvergue
167 rencontres en Ligue 1 de 1977 à1981
66 rencontres en Ligue 1 de 1985/1987

Lui aussi ancien joueur et entraîneur de la réserve, il devient responsable de l'équipe première en 1974. Sous sa conduite, le club devient européen à deux reprises pour atteindre une demi-finale de l'UEFA en 1981. S'arrêtant en 1981, il reprendra du service en 1985 pour deux saisons.
 
 
Pierre Mosca
114 rencontres en Ligue 1 de 1981 à 1984

Entraîneur de la nouvelle génération, il arrive en 1981 avec pour mission de maintenir le club au plus haut niveau. Collaborant au plus près avec René Hauss, il parti après trois saisons.
 
 
Silvester Takac
38 rencontres en Ligue 1 en 1984/1985
34 rencontres en Ligue 2 en 1987/1988
248 rencontre de Ligue 1 de 1988 à 1994

Cet attaquant yougoslave a joué en France, au Stade Rennais, avant d'entraîner en Allemagne et en Belgique. Recruté par René Hauss en 1984, il ne reste qu'une saison puis revient seul en 1986 pour mener le club de la deuxième division à la Coupe UEFA en deux ans ! C'est le second entraîneur le plus fidèle au banc de touche des Jaune et Bleu.
 
 
Jacques Santini
18 rencontres en Ligue 1 en 1995

Il a assuré un intérim de six mois en 1995. Pas assez de temps pour que le régional ne puisse imposer ses méthodes de travail et ne sauve le club de la relégation.
 
 
Didier Notheaux
42 rencontres en Ligue 2 en 1995/1996

Ce grand spécialiste de la deuxième division a pris en charge une équipe tout juste reléguée à ce niveau avec mission de l'imposer à nouveau parmi l'élite. Sans succès.
 
 
Faruk Hadzibegic
84 rencontres en Ligue 2 de 1996 à 1998
10 rencontres en Ligue 1 en 1998

Auteur d'une carrière de toute beauté sous le maillot sochalien, il retrouve quelques années après "son" club comme entraîneur. Le Franco-Bosnien impose à ses joueurs une discipline de fer et la deuxième saison, fait remonter le club parmi l'élite avant de laisser sa place en cours de saison.
 
 
Philippe Anziani
24 rencontres en Ligue 1 en 1998/1999
10 rencontres en Ligue 2 en 1999

Cet ancien attaquant international formé au club est appelé à la rescousse en 1998 alors que le club est mal classé. Insufflant un nouvel esprit et intégrant de jeunes joueurs, il échouera de peu dans la mission maintien avant de vivre un début de saison 1999 difficile et de céder sa place.
 
 
Jean Fernandez
66 rencontres en Ligue 2 de 1999 à 2001
34 rencontres en Ligue 1 en 2001/2002

Il est l'homme du retour au plus haut niveau. Le coach à la casquette hérite d'un groupe peu homogène et mal classé à l'automne 1999. Il emmènera le club parmi l'élite, avec un titre de champion de France de D2 à la clé, puis le qualifia pour la Coupe Intertoto.
 
 
Guy Lacombe
114 rencontres en Ligue 1 de 2002 à 2005

Il arriva à la tête d'une équipe qualifiée en Coupe Intertoto. Sous ses ordres, le FCSM obtient deux places de cinquième, deux qualifications européennes, mais aussi deux finales de Coupe de la Ligue dont une remportée en 2004. Exigeant et perfectionniste, il est parti après trois belles saisons et une ultime dixième place en Ligue 1.
 
 
Dominique Bijotat
38 rencontres en Ligue 1 en 2005/2006

Arrivé juste avant les trois coups de la saison 2005-2006, cet ancien international connait un début difficile qui n'offre au FCSM que de jouer le maintien. Ce que la troupe de Bijotat obtiendra avant de voir son entraîneur partir après un seul exercice.
 
 
Alain Perrin
38 rencontres en Ligue 1 en 2006/2007

Ce natif de Franche-Comté relança les Sochaliens dans la première partie de classement grâce à un jeu dans la tradition du club. Le Luron a aussi, et surtout, emmené le FCSM sur la chemin d'un succès en Coupe de France, soixante-dix ans après l'unique victoire du club.
 
 
Frédéric Hantz
17 rencontres en Ligue 1 en 2007

Il prit la suite d'Alain Perrin auréolé d'une réputation acquise avec Brive et surtout l'équipe du Mans. Les méthodes parfois atypiques de l'Aveyronnais n'aboutirent pourtant pas à de probants résultats tant en Ligue 1 qu'en Coupe UEFA et son éviction en décembre 2007 intervint alors que le FCSM pointait à la dix-neuvième place du classement.
 
 
Jean-Luc Ruty
2 rencontres en Ligue 1 en 2007

Un intérim de deux matches à la tête de l'équipe première sochalienne pour cet ancien joueur du club directeur du centre de formation du FCSM.
 
 
Francis Gillot
133 rencontres en Ligue 1 de 2008 à 2011

A son arrivée en janvier 2008, il hérita d'une situation comptable compliquée. Il mena finalement à bien le maintien en Ligue 1 du FCSM. Les deux exercices suivants offrirent le même combat et la même issue. En 2010/2011, les ambitions offensives de l'ancien technicien lensois permirent aux Jaune et Bleu de terminer au cinquième rang.
 
 
Mecha Bazdarevic
26 rencontres en Ligue 1 en 2011/2012


L'expérience à la tête de l'équipe sochalienne dura moins d'une saison pour l'ancien meneur de jeu sochalien qui occupa divers postes au club avant d'y revenir comme entraîneur principal.

 
 
Éric Hély
57 rencontres en Ligue 1 de 2012 à 2013


Appelé à la tête de l'équipe première en fin de saison 2011/2012, l'ancien entraîneur de la réserve parvient à retourner une situation mal embarquée. Il obtient de nouveau le maintien la saison suivante malgré une mauvaise entame. Un début de saison 2013/2014 du même acabit a pour conséquence sa démission.

 
 
Hervé Renard
29 rencontres en Ligue 1 en 2013/2014


Arrivé à la tête d'une équipe relégable après dix journées, l'ancien sélectionneur de la Zambie tarde à connaître son premier succès en Ligue 1. Mais cet habille meneur d'hommes dirige ensuite le FCSM dans une folle remontée au classement qui reste toutefois inachevée après la "finale" perdue face à Evian Thonon Gaillard lors de la dernière journée.

 
 
Olivier Echouafni
44 rencontres en Ligue 2 de 2014 à 2015


Fraîchement relégué en Ligue 2, le FCSM fait appel à celui qui avait terminé une longue carrière de joueur à l'OGC Nice. Olivier Echouafni, au bénéfice d'une série d'invinscibilité au coeur de la saison 2014/2015, place son équipe sur le podium en janvier avant que la montée ne lui échappe. Le début de saison suivant, et six matches sans succès, lui est finalement fatal.

 
 
Albert Cartier
65 rencontres en Ligue 2 de 2015 à 2017


En difficultés en Ligue 2, le FCSM fait appel à un technicien chevronné qui veut diriger ses joueurs avec "une main de fer sans gant de velours". L'équipe se maintient lors de la dernière journée de 2015/2016 et atteint une demi-finale de Coupe de France. La saison suivante, elle réussit une première partie de championnat probante, accompagnée d'un quart de finale de Coupe de la Ligue. Tout se délite ensuite jusqu'à une anonyme treizième place.